Les données personnelles et les conséquences sur internet

protection des données personnelles

La vie privée au cœur du numérique

Nous évoluons dans un monde où les techniques d’information et de communication sont totalement numérisées. En fonction des différents usages qui y sont faits, la protection de la vie privée et des données personnelles devient indispensable.

En même temps qu’elle constitue un progrès, l’évolution numérique est porteuse de menaces pour la vie privée de l’individu et le respect de leurs droits. En effet, la collecte, la conservation et l’exploitation des données personnelles d’autrui deviennent de plus en plus faciles.

En France, c’est la loi informatique et liberté de 1978 qui réglemente la collecte, l’usage et la finalité de la mise en place d’un traitement automatisé ou d’un fichier manuel contenant des informations personnelles.

Les données personnelles sont toutes les informations se rapportant à une personne physique qui peut être identifiée tels que :

  • Les données santés, orientation sexuelle.  
  • Les données d’infractions.
  • Les opinions syndicales, physiologique et religieuse.
  • Les données génériques à caractère biométrique.
  • Les données dites sensibles (n° de sécurité social, carte bancaire, …)

De nombreuses personnes utilisent des plates-formes informatiques ou des réseaux sociaux dans le but de nuire à un individu en divulguant des informations privées lui appartenant. Certains cherchent à se venger, d’autres essayent de soutirer une contrepartie financière.

Ces menaces se caractérisent par diverses manipulations.

Happy slapping :

Cette pratique, de plus en plus répandue avec la multiplication des réseaux sociaux, désigne le fait d’enregistrer sciemment, de conserver et de diffuser une image (photo ou vidéo) d’agression. Majoritairement menée en groupe, cette agression est filmée à l’aide d’un téléphone portable et vise des personnes préalablement affaiblies soit par des menaces, soit du fait de son statut physique ou moral.

Une fois l’agression filmée, elle est postée sur les réseaux pour générer du « buzz » en incitant à l’augmentation du nombre de vues et au partage.

Cette pratique, interdite depuis 2007, est l’une des premières infractions numériques à être entrée au code pénal.

Revenge Porn :

Cette technique consiste à diffuser publiquement une vidéo, une image, ou même un enregistrement audio intime à caractère sexuel sans l’accord du ou des protagonistes.

Ce type de pratique arrive souvent suite à une séparation douloureuse, l’ex petit ami(e) par vengeance de sa peine de cœur, diffuse des documents jusque-là privés et appartenant à leur vie intime.

Il important de noter que même si la victime était consentante pour être filmée ou photographiée dans le cadre strictement privé, rien n’autorise quelqu’un à rendre ces contenus publics.

Diffusion de données :

Il arrive fréquemment que les auteurs de fuites de données privées soient les victimes elles-mêmes ! En effet, les enfants et adolescents (parfois même les adultes) oublient souvent que toutes les informations personnelles qu’ils peuvent afficher sur internet sont consultables par tous.

Ainsi une photo de soirée, un Tweet politique ou bien encore la localisation dans un événement, peut dévoiler des informations très intimes sur une personne allant parfois jusqu’à se retourner contre elle.

Il est donc très important de limiter les informations que l’on diffuse car elles peuvent nous porter préjudices même des années plus tard.

Venez consulter notre article  » protéger mes données personnelles«  pour connaitre les moyens de préventions et les solutions afin de lutter contre le vol et la diffusion d’information.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *